folder Filed in Fresh Start, Studio 404
Les Wearable Devices augurent l'internet du futur
Un monde de notifications pour les adeptes du Contemplative Computing
Sylvain comment One Comment

Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

https://soundcloud.com/studio404/studio404-13-janvier-2014

Si vous avez un minimum suivi l’actualité la semaine du 6 janvier, vous avez sûrement remarqué que c’était mon anniversaire. Vous avez aussi sûrement remarqué qu’il y avait le Consumer Electronic Show à Las Vegas et que la bas, ça déconne pas vraiment.

Les gadgets qui y sont présentés augurent à peu de chose près ce qu’on va trouver dans nos Darty et nos Fnac pendant l’année qui suit.

On y a découvert le minidisc par exemple il y a plusieurs années, avec le succès qu’on lui connait…

Bref cette année, si tu étais une marque de high-tech et que tu ne sortais pas ta montre connectée, tu avais loupé ta vie. Sony, LG, Garmin, même Razer qui pourtant fabrique habituellement des souris tuning et des claviers fluos qui font clac clac s’y est mis. On a presque pas entendu parler des drones et des imprimantes 3D, c’est dire si les “wearable technologies” ont volé la vedette à tout le reste.

Oui, on appelle ça les wearable technologies. Je suis allé voir sur wikipedia et en français on dit technologies mettables apparemment, c’est poétique. Et je vous prédis que d’ici la fin de l’année, un de nos auditeurs sur 5 en possédera une. Oui oui 20% de taux de pénétration comme on dit, ce qui me donne envie d’inventer le terme “technologie enfilable” mais je crois que le monde n’est pas prêt.

Alors montre connectée, lunette augmentée, bracelet intelligent, fitness band… qu’est-ce que ça va changer concrètement ? Est-ce qu’on va encore multiplier les écrans et fragmenter notre attention ? Est-ce que ma mère, qui pète déjà un câble quand elle me voit scotché sur mon smartphone, ne va pas me déshériter parce que je n’ai plus aucune relation sociale et que je regarde un porno sur mes Google Glass pendant qu’elle me parle de sa nouvelle passion pour la poterie ?

Eh bien concrètement, si vous voulez mon avis, et je sais que vous le voulez, croire que tout cela va encore fragmenter notre attention c’est ne pas voir plus loin que le bout de son écran de Google Glass justement. La technologie n’est que la partie émergée de l’iceberg. C’est quoi au final ? Un GPS + un accéléromètre + un écran ? On est pas en train de révolutionner l’électronique là hein, on fait juste un truc plus petit que l’on peut porter avec soi. Rien de fou. Non, là où on a fait des progrès dingue ces dernières années, c’est sur le traitement de la donnée. Toutes ces technologies et ces capteurs enregistrent de la donnée à foison, la question après c’est qu’est-ce qu’on en fait ?

Quand on parle d’internet et d’attention, de concentration et de productivité, il y a deux écoles. Il y les mecs qui coupent tout, qui s’installent des plugins pour ne plus recevoir aucune notifications. C’est le genre de mec qui arrête de fumer mais qui prend 50 kilos. Et puis il y les beaux gosses, les mecs qui arrêtent de fumer mais qui se bourre une bonne pipe le dimanche soir en buvant un verre de Brandy.

Ces mecs là sont adeptes du Contemplative Computing, ne plus être esclave de la machine, utiliser la technologie plutôt que ce soit elle qui nous utilise. Ils sont pas beaucoup, c’est un peu des bouddhistes du web, qui ont développé des techniques de voyage astral du flux RSS et qui vont taper sur des gongs en silicium  rue Montgallet le dimanche.

Mon sentiment c’est que grâce aux wearable technologies, on va tous se convertir au Contemplative Computing. Tout va devenir plus simple. Le pari de Google avec les Glass, c’est d’empêcher le drogué de mater son smartphone toutes les deux minutes. C’est pas une analyse hein, c’est les faits, ils les ont vraiment créées pour ça. Et ils n’ont pas prévu d’y arriver juste en mettant un écran devant son œil. Ils ont prévu d’y arriver en développant un algorithme qui pousse la bonne information au bon moment. Pareil pour les montres, aucune n’est designé pour remplacer le smartphone, elles en sont une extension. Ma Pebble me montre mes sms et mes appels. C’est ce que j’ai défini comme étant les informations importantes. En m’empêchant de sortir mon téléphone de ma poche, elle m’empêche de voir que j’ai également 3 mentions sur Twitter, 6 spams sur Gmail, 5 snapchats et 2 commentaires sur Instagram. Des choses futiles.

Les wearable technologies sont une révolution car elles vont nous faire passer à une nouvelle étape de l’internet, un internet raisonné et raisonnable. Après l’age de la boulimie, de la junk food, de l’adolescence immature faite d’usine à clic et de bannières vulgaires, nous voici à l’aube d’un internet de darons, un internet de BG, un internet plus smart où l’on se concentre sur l’essentiel. Où l’essentiel se concentre pour nous, en sachant où on est, ce qu’on regarde, ce dont on a besoin à un moment précis. Après nous avoir ouvert la porte à un amas vertigineux de connaissances et de données, la machine est désormais assez intelligente pour nous macher un peu le travail, à condition de lui laisser accès à des données toujours un peu plus perso. Nous entrons dans l’age de la raison de l’internet, où le carburant de l’informatique moderne n’est plus l’électricité, mais vos informations.

La question qui anime et animera de plus en plus vos décisions de citoyen dans les années à venir est donc :

Quelles infos êtes vous prêts à donner à la machine pour que la machine travaille pour vous ?

 

futur internet studio404 wearable technologies web3.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

  1. L’esprit de raison, la bonne résolution pour 2015, c’est de se faire une raison (peut-être).
    Donner pour recevoir, la contemplation active 4.0. haha
    Pour être plus sérieux, et en ayant fait une petite étude de marché sur les réseaux sociaux et l’éventualité d’un marché pour du réseau social anonyme, tu t’apercois que l’on se fait à l’idée de refiler ses données, comme ça. Une sorte de marché conclu en bons termes et un peu de vaseline histoire de faire passer tout ça. Donc au final, on est prêts à tout donner. Pourvu que ca puisse nous aider…