Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

 

L’histoire que je m’apprête à vous compter se passe à une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Nous sommes au début des années 2000 et nous troquons nos modem 56k contre des offres Adsl 20h gratuites sur des CD AOL que nous volons dans les boites aux lettres de nos allées.

J’ai à cette époque un camarade de classe très alternatif, avec qui j’explore les immenses contrées du web. Nous nous faisons alors découvrir mutuellement nos différentes trouvailles sur la toile. Cet ami, vous allez vite le comprendre, est très enclin à se passionner pour tout ce qui ressemble de près ou de loin aux cultures dîtes “sous-terraines”. A ce que l’on appelle l’underground.

C’est ce jour là, après que cet ami m’ait conseillé de taper “illuminatis” dans Lycos, que je les ai rencontré pour la première fois.

Reconstitution :

Cliquez pour faire votre propre doublage DIY de documentaire sur les aliens !

Quand j’ai cliqué sur le lien, je n’ai pas vraiment compris ou j’étais

Il y avait des triangles partout, des yeux qui m’observaient et une planète.

Je crois que c’était la Terre

J’était un peu excité

J’ai découvert des théories très convaincantes sur les gens qui nous gouvernent vraiment

Illuminatis, francs maçons et sociétés secrètes

J’avais face à moi un objet numérique assez singulier

Qui m’en faisait voir de toutes les couleurs

Il s’agissait là d’un site de complotistes

Oui, je tourne en ce moment un documentaire sur ma vie qui sera diffusé sur RMC Découverte entre Pêche Extreme : Les Monstres du Mississippi et Les Pharaons d’Égypte étaient-ils vraiment humains ?

Voilà donc ma première rencontre avec des conspirationnistes, ces gens qui sont persuadés que le monde est une immense mascarade, et que des groupuscules secrets tirent les ficelles de nos existences.

Alors les deux caractéristiques du conspirationnisme : croire qu’un événement n’arrive jamais par hasard, que tout est lié, tout est prévu et écrit. Et bien sûr, que ces événements sont organisés par des sociétés secrètes à de bien sombres desseins.

A quoi reconnait-on un conspirationniste ? Il est obligé, c’est son devoir, de TOUT expliquer par la théorie du complot. C’est le mec, au bar, qui finit toutes les conversations par “De toutes manières, c’est pas compliqué, y’a qu’à regarder à qui ça profite hein. Toujours les mêmes si tu vois ce que je veux dire.”
Que tu parles d’un attentat à la bombe, du clonage d’une chèvre ou de l’indigestion que t’as eu à Noël, le mec te fera TOUJOURS un petit clin d’oeil entendu avant de s’enfiler son verre de blanc pour en commander un autre aussitôt.

Et sur le web, c’est encore pire : ils sont partout. Des pagesperso.orange.fr fleurissent tous les jours, des mecs passent leur vie à reuploder des vidéos d’émissions TV sur Youtube en faisant des zooms, des ralentis, des inversions de couches gamma pour faire apparaître des écailles sur les oreilles de Miss France. Et je ne parle pas des forums et des groupes Facebook, où chacun trouve des interlocuteurs de choix à qui soumettre les théories les plus farfelus qui soient. Et il n’y a personne pour les contredire, puisqu’ils s’encouragent ces cons : c’est l’escalade. Vous croyez être à l’abri ? Vous pensez ne pas fréquenter le même web qu’eux ? Vous vous trompez : ils sont dans les commentaires de vos médias en ligne préférés, réagissent sur vos publications facebook et répondent à vos tweets dès que vous parlez de Charlie Hebdo. Mais pourquoi donc internet est-il devenu ce terreau si fertile au conspirationnisme ?

J’ai plusieurs théories (du complot).

1. Le web permet l’empowerment

On l’a vu avec l’attentat de Boston ou avec l’affaire Xavier Dupont de Ligonnes, les internautes prennent un plaisir malsain à se réunir en masse pour participer à une oeuvre plus grande qu’eux. Enquêtes et débats, tentative d’accès aux messageries, écumage de profils Facebook, le moindre truc déniché est perçu comme un secret dévoilé. Le problème, c’est qu’à force de chercher absolument des secrets et d’être capable d’accéder à beaucoup de contenu, on a l’impression de mettre à jour un complot dès qu’on tombe sur un site un peu bizarre. C’est ton oncle à Noël qui te met un coup de coude et chuchote “Tiens toi qui connait bien internet, l’autre jour je suis tombé sur un site un peu underground, on nous cache pas mal de choses, hein. Tu savais qu’Hitler était vegan ?”. Le problème c’est que les mecs vont en page 3 de Google et ont l’impression d’explorer le deep web ou d’avoir hacker le Pentagone.

2. Nos vies sont chiantes

Le conspirationnisme est quand même un formidable moteur de fiction. XIII, Assassin’s Creed, le Lièvre de Mars : un nombre incroyable d’oeuvre culturelles se base essentiellement sur ces théories pour nous faire vivre des aventures hors du commun. Normal que ça nous excite. En fait, regarder une vidéos Youtube qui t’explique que Michel Drucker est reptilien, c’est rajouter un peu d’aventure dans ta vie de merde.

3. Le mythe d’internet et de la liberté d’expression

“Mais bien sûr ! Si je devais révéler des secrets prêts à ébranler les constitutions de l’ordre mondial, on chercherait forcément à me faire taire. Les journalistes refuseraient de répondre à mes coups de fils et les maisons d’édition à mes mails. J’irais donc sur internet, puisqu’on peut dire ce qu’on veut” Voilà ce qui se passe dans la tête de votre oncle quand il tombe sur nouvelordremondial.free.fr et qu’il lit qu’on peut communiquer avec les UFO depuis le plateau du Larzac.

4. Les gens sont cons

Mais oui, ce sont des Mongoliens ! Le terreau le plus propice au conspirationnisme c’est la bêtise, la naïveté et l’inculture. Parce que les théories du complot permettent d’avoir une explication très simple à des phénomènes complexes. Pour comprendre et expliquer la crise des subprimes, qu’est-ce qui est plus simple : lire Les Echos ou dire “Qui dit argent, dit banque. Qui dit banque, dit Rotschild. Qui dit Rotschild, dit… enfin, tu m’as compris”.

En cela internet devrait oeuvrer à inverser la tendance, car il donne accès à des connaissances et des moyens pédagogiques plus facilement consommables. Il est de plus en plus facile de comprendre les phénomènes par leurs preuves, et non par leurs absences de preuves, qui est ce dont le conspirationnisme se nourrit.

Je pense d’ailleurs que la croyance qui veut qu’internet rende les gens plus conspirationnistes est fausse. Je pense que c’est un complot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *