folder Filed in Fresh Start, Studio 404
Réalité virtuelle, du petit écran aux grosses lunettes
Un spécialiste répond à nos interrogations sur le futur du divertissement
Sylvain comment One Comment

Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

https://soundcloud.com/studio404/studio404-avril2015

 

En couverture de Libération, star du Sundance Festival, du SXSW et de tous les salons de geekos, nouvelle coqueluche des opérations publicitaires, objectif principal de tous les gros constructeurs.

Tous les signaux sont là, la réalité virtuelle c’est le futur, c’est là, c’est maintenant, non ce n’est pas juste une mode.

Je vois Fibre se raidir, Hashtag #TAISEZVOUS

Oculus, la boîte créé par Palmer Luckey, un mec dégoûté de la réalité virtuelle des années 90 qui a décidé de ne pas lâcher l’affaire quand tous les autres en avait marre de vomir, Oculus donc, pionner de la VR, a été racheté par Facebook il y a pile un an. 2 MYARD.

Depuis Google, Samsung, Sony, tout le monde est dans la course.

Comme je le rappelais en intro donc, au Sundance, en marge du festival officiel où seuls sont récompensés les films où il pleut, et où un couple courent sur une route vide sur un air de ukulélé, il existe un autre festival : New Frontier.

Chaque année ce festival se penche sur les nouvelles manière de raconter les histoires. Cette année, 90% des films proposés étaient des expériences Oculus. Ces derniers viennent d’ailleurs de créer l’Oculus Story Studio, en débauchant au passage pas mal de mecs de chez Pixar.

Alors, vous la sentez la hype là, hein ?
Moi oui.

Hier soir j’ai convié quelques amis à essayer l’Oculus à la maison. Petite soirée démo assez classique : RollerCoaster pour se mettre en jambe, SightLineChairWin pour une petite balade fantastique dans des univers qui se transforment quand on ne les regarde pas et enfin AirDrift pour se prendre pour un oiseau et survoler le littoral d’un petit village de pêcheur.

Foutre pour la première fois un Oculus sur la tête c’est comme brancher pour la première fois sa megadrive + la premier gorgée de bière + faire l’amour pour la première fois + naïtre.

Ok, j’en fait peut-être un peu trop. Mais si vous aviez entendu le rire cristallin de Marion volant comme un oiseau, le sourire de Romain enchainant les loopings et les yeux brillants de Raphaël quand il a enlevé le casque m’a regardé et m’a dit « J’ai jamais vécu un truc comme ça », et bien vous comprendriez pourquoi c’est le futur. Tous ont quitté l’appartement en me remerciant chaleureusement de leur avoir permis de vivre cette expérience.

Il y a aussi des effets négatifs : Sarah, en position fœtale dans le canapé, fermant les yeux sous le casque car elle a peur du vide, et qu’il est trop bien retranscrit. Les mains d’Alice qui tremblent après s’être fait grimper dessus par une araignée.

Les réactions sont différentes, physiques comme psychologiques, pour les mêmes stimulii. Comme dans la vraie vie en fait.

Et maintenant quoi ? C’est quoi la VR demain ? C’est quoi la VR dans 5 ans ? C’est quoi la VR dans 20 ans ?

Pour répondre à ces épineuses questions je suis allé discuter avec Romain Vissol, co-fondateur de BlackShip, un studio de production qui s’intéresse de très près à la VR.
Attention, interview Laurent Boyer, interview qu’avec des phrases sans verbes.

« Alors, la réalité virtuelle, les tops, les flops ? »


Deux secteurs sont déjà en passe d’être complètement retourné par le VR. Le jeu vidéo et le porno. Les constructeurs des premiers sont déjà en train de créer leur propre casque (Sony, Valve) les producteurs des seconds sont complètement hypés dès qu’un peu d’innovation se ramène dans le divertissement. Le point commun ? La POV. Beaucoup de jeu se jouent à la première personne, et le porn, ben, pareil, ça se joue à la première personne.

J’ai testé le porn et je me suis dit « Pourquoi encore dater des meufs ? »

« Romain. Entre nous. La grande famille du cinéma. Et le film dans tout ça ? »


Alors là ça se corse. Le ciné c’est pas du POV. Le spectateur est un témoin assisté, et on lui dit où regarder. Le principe de la VR, c’est de regarder où on veut. Comment faire pour raconter un truc à quelqu’un qui regarde autre part ? Les techniques classiques (le zoom, le travelling, la profondeur de champ, le cut…) ne fonctionnent plus. Il faut inventer d’autres choses. Un siège à rotation automatique ? Le son en 3D spatiale pour attirer l’attention ? Des repères visuels comme la fille en rouge que Néo croise dans Matrix ? Tout ça, et pas mal d’autres choses qui n’existent pas encore

.

« Mais Romain. L’isolation, la solitude, et le partage dans tout ça ? »


C’est justement là que ça devient intéressant. Voilà deux concepts, le premier Keep Talking and Nobody Explodes, un jeu qui se joue à plusieurs. Un mec a un Oculus sur la tête et doit désamorcer une bombe. Les autres ne voit pas la bombe, mais ont un tuto de désamorçage hyper-complexe. C’est génial. Le second : un film de braquage à la Ocean Eleven, à regarder à 5 avec chacun un point de vue différent, on se raconte à la fin ce que chacun a vue/vécu. Imaginez tout ce que l’on peut inventer encore.

« Dernière question, la VR dans 10 ans ? »


Dans 10 ans la seule différence qu’il y aura entre la réalité et le virtuel, c’est le poids du casque que tu trimballeras sur ta tête. La technologie se rapproche de plus en plus du corps, la prochaine étape, c’est les lentilles, puis directement le nerfs optique.

En fin de compte, de nouvelles manières de raconter des histoires, ça veut aussi dire de nouvelles façons de ressentir des émotions, et j’attends impatiemment – et je pense que ça va arriver très vite – de verser ma première larme directement absorbée par la mousse de mon casque de réalité virtuelle.

Du jeux-vidéo oculus rift porno réalité virtuelle vr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire