Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

Aujourd’hui, c’est une chronique en mode Digital Prophet que je vous offre. Je ne viens pas “prêcher la bonne parole”, je SUIS la bonne parole, et je vais vous raconter, tel un un oracle sous champi, comment vous allez utiliser internet demain.

bruits de notifications

Putain Ghislain, tu veux bien couper tes notifs c’est insupportable. Merci.

Ah cette douce vibration dans votre poche, cette petite led au dessus de l’écran de votre téléphone qui semble respirer paisiblement, cet écran qui s’allume, puis s’éteint aussitôt, comme s’il vous avait fait un clin d’oeil. C’est votre eye contact numérique, dès qu’il survient, vous vous emparez de votre appareil comme un dément pour découvrir quelle formidable expérience sociale vous allez encore vivre. “Jean Michel vous a répondu avec un autocollant”.

Utilisateur d’Android, c’est en moyenne 60 notifications par jour que tu reçois, et parmi elles, 40 proviennent de services de messagerie instantanée, hors mail. Et c’est une moyenne hein, perso ça doit au moins être le double.

Vous êtes prêts ?

Alors c’est parti, voilà la prophétie : “Dans quelques mois – ou années – (le mec prend le moins de risques possible) la liste d’applications de votre smartphone va disparaitre ou être reléguée très loin dans l’interface. Ce qu’il y aura à la place, c’est un panneau de notification dans lequel vous pourrez tout faire.”

Vous pensez que je débloque ? C’est normal, vous n’êtes pas allés dans le futur, moi si.

Quand vous recevez un iMessage, vous ne pouvez pas directement répondre depuis la barre de notifs sans ouvrir l’app ? (sur Android on fait ça depuis longtemps en tout cas)

Depuis 5 ans, les notifs ne sont-elles pas devenues de plus en plus précises “Jean Michel a répondu à votre commentaire avec un autocollant”.

Chrome Beta ne vient-il pas d’implémenter une fonctionnalité permettant aux sites internet d’envoyer des notifications sur votre bureau ?

Les wearable devices ne fonctionnent-ils pas TOUS à la notification ?

Google Now, chef d’oeuvre d’ingénieurie et d’intelligence artificielle ne vous propose-t-il pas des alertes en fonction de votre géolocalisation ?

Les interfaces modernes ne ressemblent-t-elles pas à des cartes empilées, ou les une au dessus des autres, que l’on swipe pour “ignorer” ?

Ah, je vous vois changer d’avis.

Rappelez-vous, les notifications, ce n’est pas si lointain. C’est arrivé d’abord avec l’iPhone, c’était un petit numéro rouge collé à l’icône de l’app. Bien pratique pour les mises à jours et le nombre de sms non lus. Ensuite, les alertes en popup et sur l’écran d’accueil. En France, c’est l’appli du Monde qui est restée célèbre pour avoir été une des premières à utiliser cette fonctionnalité utile. Puis Android est arrivée avec sa fameuse barre de notification qu’il fallait tirer vers le bas. Encore plus de détails dans les alertes, encore plus de notifications affichés en même temps. Aujourd’hui il n’existe plus une app qui n’a pas son mot à dire et pour cause : c’est le seul moyen pour faire venir l’utilisateur régulièrement sur l’application. Tant et si bien que c’est devenu un énorme foutage de gueule parfois aujourd’hui. Vous avez essayé de régler les notifications de Twitter ? Il y en a 10 différentes. Nouveaux followers, retweet, fav, reply, alerte actu, recommandation, daily digest, vos followers ont tweeté etc. etc.

Mais pourquoi cette tendance à la notification à tout va ? Mais parce qu’il y a trop de contenu et que notre attention est trop fragmentée bien sûr. D’une logique de pull – aller chercher l’information nous-même (c’est l’ère Google.com) nous passons à un modèle de push : l’information vient à nous quand nous en avons besoin.

Et nos amis de la Silicon Valley n’ont pas attendu ma prophétie pour se mettre au boulot. Il y a un an, Facebook Messenger s’imposait en tant qu’appli séparée de Facebook sur nos smartphone. En un an, Facebook a réussi ce qu’il galérait à faire depuis deux : s’emparer de notre home mobile. Désormais il y a des applications tierces que l’on peut installer dans Messenger (musique, film, etc.). Il est là votre nouveau panneau de notifications les gars. Mark my words.

Alors oui, ça va être de la merde au début, parce que le marketing va encore tout gacher avec ses gros sabots. Comme avec le mail, on va se taper des spams affreux dans tous les sens. Comme les mails, on va lutter pour atteindre l’inbox 0. Parce qu’il faut bien avouer que rien qu’aujourd’hui c’est le bordel.

Tout est mélangé, vos like instagram côtoient les mises à jour de vos apps qui elles-mêmes côtoient vos putain d’amis Runkeeper qui enregistrent une activité dès qu’ils prennent un Vélib pour aller bosser. Et comme d’habitude, faire un “dismiss all” c’est avoir peur de louper quelque chose. Donc on traverse cet écran de notification en swipant une carte à la fois et en sautant du coq à l’âne.

“On te l’avait dit Sylvain, c’est l’histoire du mail qui se répète”

Eh bien non. Parce que contrairement à l’époque des dérives du mail, nous vivons dans l’ère de l’algorithme et du machine learning. Avec Inbox ou les autres interfaces révolutionnaires, vous avez des problèmes de spams ? Non, tout est filtré, classé, archivé.

Si par malheur ce mail d’un lointain cousin ivoirien vous proposant des pilules pour récupérer la fortune de sa tante en agrandissant son pénis passe à travers les mails du filet, Gmail vous préviendra gentiement d’un “Erf, on est pas sûr à 100%, c’est peut-être effectivement votre cousin, mais on vous prévient quand même, ça ressemble à un énorme attrape-couillon vu d’ici”.

L’inbox 0 n’a jamais été aussi facile à atteindre avec les nouvelles fonctionnalités de catégorisation (voyages, promo, réseaux sociaux, mise à jour) et les boutons “Tout marqué comme lu”.

Pour les notifications comme nouvelle plateforme ce sera la même chose, j’ai une confiance TOTALE dans l’algorithme.

En conclusion de cette première journée de séminaire 404 – 101, j’adresse un message aux marques de presses, aux blogs, aux startups en général : ne loupez pas le putain de coche, vous allez encore vous plaindre et vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenu.

Digital Prophet off – drop the mic.

4 thoughts on “Le régime des notifications, le futur d’internet

  1. 6 ans que je développe des apps iOS pour divers clients
    6 ans que je vois passer des articles annonçant la mort des apps pour les mois prochains, pour diverses raisons
    6 ans que l’ampleur des apps progressent
    6 ans que je vois les « Digital Prophet » (lol!) se prendre de monumentales raclées

  2. @Sylvain Si je devais entrer dans le costume d’un digital prophet *check the mic* je parierai plutôt sur une réforme des systèmes de notification que sur la mort des apps *drop the mic and escape with segway*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *