folder Filed in Studio 404
A force de tout noter, vous finirez par payer
Vous aimez donner des notes à tout va ? Eh bien c'est l'heure d'en recevoir.
Sylvain comment 0 Comments

Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

 

Pour reprendre un meme connu : Quelle époque pour être vivant.

 

Internet vous a donné le pouvoir de dire non aux intermédiaires qui s’en mettent plein les poches. Grâce à lui, vous avez découvert la décentralisation, le collectif, le participatif, le réseau et le peer-to-peer.

 

Remerciez internet car vous êtes entrés dans l’économie du partage et de la collaboration. Vous êtes passés d’une économie de la propriété – posséder un Volkswagen Touran – à une économie de l’accès – partager un Marseille – Paris avec un dealer de crack en mode GoFast. Quelle époque pour être vivant.

 

Aujourd’hui l’économie est celle du “pair à pair”. Sur Ebay, le vendeur sera votre client demain, sur Le Bon Coin, Gérard, qui vend sa machine à laver à Arcachon, est votre voisin. Et votre banquier : c’est vous, comme le répète la pub.

 

Cette nouvelle économie, née avec le numérique et son lot de hippies hyperconnectés, repose sur une monnaie bien plus forte que celle de la bourse et des marchés : il s’agit de la confiance, voire de la réputation.

 

Grâce à cette devise décentralisée et démocratique, plus personne ne fera l’erreur d’acheter ce viagra sur Amazon depuis que Josh25 a descendu le vendeur dans les reviews, suspectant les pilules d’être un vulgaire placebo.

Par contre, ce jeune coréen qui fabrique ses sacs à dos sur Etsy est une vraie star, sur 1500 notations, 95% comportent 5 étoiles, bravo Park Jun Lee, tu te fais des couilles en or mon salaud !

Voici donc le pouvoir de l’internaute moderne, celui de pouvoir noter, commenter, râler de manière publique sur tout et n’importe quoi.

 

Qui n’a jamais profité de son nombre de followers sur Twitter pour mettre la pression à un opérateur téléphonique ? Qui n’a jamais baissé la note d’un chauffeur Uber parce qu’il n’évitait pas les nids de poule ?  Qui n’a jamais débuté un tweet par un point pour bien montrer à tout le monde que Lisa de La Poste ne fait rien que perdre des colis ? C’est à cause de vous que plus personne ne réserve le Airbnb de Gaspard juste parce qu’il a oublié de mentionner qu’il élevait des furets.

 

Eh bien profitez-en. Car je vous l’annonce, la situation va bientôt se retourner. Vous aimez donner des notes à tout va ? Eh bien c’est l’heure d’en recevoir.

 

Abderahman, à qui vous avez mis 2 étoiles sur 5 parce qu’il a grillé un feu rouge, vous en a mis une, parce que vous étiez complètement bourré et que vos chaussures étaient dégueulasses.

 

Oumar, CM d’EDF, que vous lynchez depuis 3 jours sur Twitter,  a votre dossier client sous les yeux, et n’a qu’une envie c’est d’appuyer sur “Publier” à côté de la ligne : “cet usager ne met jamais son ordinateur en veille et laisse la lumière allumée quand il part en vacances”.

 

Et encore, toutes ces situations ne seraient que revanches mal placées. Imaginez un seul instant que Tinder décide de rendre public, juste pour voir si vous faites encore les malins sur internet,  le score d’attractivité de votre profil. Vous aurez enfin un oeil sur le “classement des garçons les plus beaux de la classe” et vous serez obligés de faire un ctrl+F parce que votre nom serait bien trop loin dans liste.

 

Toutes ces notes, ces commentaires, ces scores existent, générés par algorithme ou par appréciations humaines. Ces données se rajoutent à celles que vous connaissez déjà, sur Ebay, Blablacar ou Airbnb. Déjà là, parfois elles font un peu mal. Imaginez toutes celle que vous ne voyez pas et qui pourraient être rendues publiques à cause d’un piratage, d’un dysfonctionnement ou simplement parce que tout le monde en a marre de votre arrogance.

 

Imaginez un internet ou tout le monde rase les murs, où le moindre dérapage est immédiatement sanctionné. Une sorte de loi du talion numérique : note pour note, review pour review. Chacun a des dossiers sur l’autre, et le bouton rouge sous la main, prêt à déclencher le shitstorm de votre réputation. De l’économie de la confiance, on passerait au marché noir des casseroles, où les travers des uns et des autres se monnaieraient sur le darknet.

 

Personne ne veut de ça à part Daz.

 

Alors si vous ne voulez pas que le karma d’internet vous retombe sur la gueule, restez bienveillants et courtois, respectez les distances de sécurité et cédez la priorité à droite. C’est grâce au code de la route que les déplacements en voiture sont si sûrs ! Sur internet c’est pareil 🙂

note reputation score tinder shitstorm studio404 uber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire