folder Filed in Studio 404
Comment le YouTubeur est devenu à la fois le fantasme et le bouc émissaire absolu de notre époque
YouTube est-il la forme de divertissement ultime de notre ère ?
Sylvain comment 0 Comments

Chaque mois, le Studio 404, l’émission de société numérique, discute et analyse les effets du numérique sur nos vies, nos mœurs et nos comportements. Je publie ici la chronique rédigée pour l’émission, ça évite qu’elle pourrisse dans le cloud de Google.

 

Comme chacun sait je suis un personnage mondain de notre société numérique. Je participe à tous les dîners où il faut être et je rencontre par la même certains youtubers qui sévissent sur la plateforme de vidéos. Le menu fretin comme les gros poissons. Mode Emery Doligé off.

 

Et chaque rencontre est une confirmation des discussions que nous avons tous les 6 depuis que cette émission a commencé.

 

Mettons pour le moment le youtuber de côté. Nous sommes tous autour de cette table, et je pense également dans le public, des acteurs du numérique. Ce qui nous caractérise, c’est une culture éclatée et complexe. C’est celle du remix et du mashup. Nous sommes pluridipi… pludirici… nous sommes des touches à tout, quoi. Nous carburons aux réseaux sociaux et aux likes qui nous boostent l’ego en permanence. Nous sommes constamment dans le spectacle, à la fois auteur de bons mots sur Twitter et aventurier sur Instagram, quand ce n’est pas troll sur Linkédik.

 

Moi même, avec mes followers sur Twitter, mon blog et mon compte Pineterest qui me permet de nous nourrir cet après-midi, je suis un pur produit de cette recherche de fame éphémère. Je crois qu’on essaye tous, à notre échelle et à notre niveau, de devenir une micro-célébrité touche à tout.

 

C’est alors que j’ai réalisé que notre Youtuber, eh bien c’est la forme ultime de tout ça. C’est la consolidation au plus haut niveau de tous les fantasmes du numérique aujourd’hui.

 

Le Youtuber est la forme idéale de notre époque.

 

Fantasme n°1

“Sur internet, un jour, on aura des techniciens autodidactes sans formation”

 

Le youtuber sait filmer, il a une maîtrise technique de l’appareil photo numérique :  le focus, la balance des blancs, le son, le micro.

Il est décorateur d’intérieur et accessoiriste : sa chambre est un studio. Tout est étudié.

Il est monteur : Final Cut, inserts texte, animation, musique, rendu, compression, upload.

Il est spécialiste du SEO : l’importance des tags, du titre, des captions pour optimiser la longue traîne.

Il est community manager : il répond, anime, engage, recrute sur Youtube, sur Facebook, Twitter.

Il est bien sûr acteur ou comédien.

 

Fantasme N°2

“Avec internet, les jeunes d’aujourd’hui connaissent tous les rouages de l’appareil médiatique”

 

Monter sa chaîne Youtube c’est créer son média. Sauf qu’on est à la fois l’éditeur, le producteur, le journaliste, l’auteur et le comédien. On est le communiquant aussi, et bien sûr le commercial. On gère les relations presses, les interviews, les annonces et tout le modèle économique. On s’associe à des networks qui essayent parfois de nous entuber.

 

Fantasme N°3

“Sur internet on peut être influent très facilement”

 

Cyprien + Norman + EnjoyPhoenix ont plus d’influence et de pouvoir de prescription qu’un TF1, un canal + et un M6 réunis. Demain, si Cyprien dit dans une vidéo que le Breizh Cola est une boisson géniale, la PME bretonne verra une augmentation significative de son chiffre d’affaire. Sérieux mec, tu peux ruiner la réputation d’un truc en deux secondes, tu pourrais résoudre le problème de l’huile de palme ou faire élire un président.

 

Fantasme N°4

“Demain on est tous des célébrités potentielles grâce à internet”

 

Putain, vous avez remarqué, au McDo il y a toujours une potatoe dans les frites. Cyprien tu déconnes, j’aurais pu la faire cette blague, on aurait tous pu la faire. On déteste les Youtubers autant qu’on les adore. Le youtuber c’est la célebrité next door. La youtubeuse beauté est une grande soeur qui te file des conseils cool. Le youtubeur de vulgarisation scientifique c’est le prof de math qui aurait pu te faire aimer cette matière. Le mec qui fait son émission de cuisine, c’est pas Thierry Marx, c’est un père génial qui t’apprend à faire de la junk food avec les restes du frigo. Les idoles ne sont plus les Kanye West inaccessible au Zenith du divertissement, c’est les mecs à portée de main, intime sur snapchat et drôle sur Youtube, que tu peux croiser demain à un meetup ou au Monoprix en train d’acheter du PQ.

 

Discutons-en de cette impressionnante influence. Pourquoi un podcast, un blog ou même un compte Twitter ne l’a jamais atteinte ? Il y a pas si longtemps les spécialistes nous expliquaient que la multiplication des émetteurs et de leur contenu avaient tué la célébrité à l’ancienne. Fini les méga star que le monde idolâtrait. Fini les jeunes filles en pleurs au premier rang des concerts. Bonjour les célébrités d’un jour, les stars de niche et merci internet, pour l’égalité des chances devant la fame. Nos 15 minutes warohlienne on y aura tous droit.

 

Mais Cyprien tu n’as rien de ça. Tu es le Elvis Presley du numérique français. On a été obligé de cacher ta venue parce qu’on a pas la thune de se payer un service de sécurité. Tu es à la croisée des fantasmes numériques, sauf celui d’une répartition de la célébrité distribuée. Ton quart d’heure aurait dû passer depuis longtemps, et pourtant, comme d’autres “super-youtubers”, tu montes, tu montes, tu montes depuis maintenant 7 ans.
Alors, c’est quoi l’idée : nos esprits ne sont pas encore prêts pour un nouveau modèle de célébrité, ou doit-elle éternellement se cristalliser dans une poignée d’élus, malgré les valeurs démocratiques d’internet, malgré la volonté de Youtube de tuer la TV ?

cyprien iov gloire money monsieur dream network studio404 youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire