En attendant le billet récap du roadtrip sur la côte ouest des Etats-Unis qui est difficile à écrire (je déconne : je n’ai pas commencé), voici un petit aperçu de cette bonne vieille retraite au vert du weekend dernier. Pour la seconde année, je suis allé passer le weekend chez les parents de Samuel qui tiennent une ferme dans la Loire, vers Roanne.

Au-dessus de la mer de nuage
Au-dessus de la mer de nuage

Chaque année son père – agriculteur, éleveur ET vigneron – propose aux habitués un weekend « Portes Ouvertes ». Si c’est l’occasion de vendre les produits de la ferme et des artisans locaux, c’est surtout une très bonne excuse pour boire beaucoup de vin, chanter, danser et faire la fête dans une grange. Comme l’année dernière, nous sommes « descendus » (j’ai toujours eu du mal – géographiquement – à savoir si « monter » et « descendre » sur la carte de France, ça a un rapport avec l’altitude ou la latitude) pour donner un coup de main à l’organisation et au service.

L’idée qui nous trotte dans la tête depuis un moment également, c’est d’offrir à François Chabre un site internet digne de ce nom, ce qui implique la production de photos et de vidéos. On a promis de s’y mettre en 2017.

 

Ce weekend était donc aussi l’occasion de tester le Sony A7s dont j’ai fait l’acquisition en remplacement de mon Canon 550D (que je vends, pour info). Ces images ont été tournées le vendredi matin à l’aube, à l’heure où – très clairement – blanchit la campagne. Il a fallu marcher seulement vingt minutes pour se retrouver au dessus de la mer de nuages qui nous a caché la vue sur la vallée roannaise, mais nous a offert le spectacle d’un lever de soleil très particulier.

 

Ensuite, c’est le déjeuner du samedi, avec la famille et les amis, puis des images de la soirée. Tout est mélangé mais j’ai essayé de faire transpirer l’atmosphère conviviale, chaleureuse et bienveillante qui régnait alors, l’atmosphère d’un foyer accueillant en somme. C’est typiquement le genre de weekend qui fout un énorme cafard dans le train le dimanche soir. J’ai essayé de raconter ça aussi. C’est pour ça que la musique donne envie de se suicider : The Cinematic Orchestra – To Build a Home.

@ plus.

One thought on “Home is where the fire crackles

  1. Superbe et très inspirant. On voudrait avoir été là pour frémir au son à la vue ou à l’odeur de tout alentour. Bravo

    Dans mes ambitions (et besoins) plus commerciales sur PMElink.fr je propose aux inscrits de laisser un article… Malheureusement peu de responsables de TPE PME débrident leur esprit créatif. Pourtant seule la créativité sort du lot aujourd’hui.

    N’hésitez pas à intervenir sur cette plateforme d’échange de publication et de coopération « échanger pour réussir ensemble »… On a besoin de poésie et d’espoir dans ce monde de brutes. (demandes moi un code de publication gratuite) A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *