folder Filed in Print
Ikéa et sa réalité augmentée pourrave
Sylvain comment 9 Comments

Qui croit encore que la réalité est juste un gadget sans avenir ??

Les marketeux, c’est clair.

ikea - réalité augmentée

Tandis que les développeurs d’application mobile rivalisent d’inventivité pour sortir des softs novateurs, jouant avec toutes les fonctions technos que possèdent nos smartphones (camera, gps, boussole numérique, bluetooth, etc.), les professionnels de la publicité ont juste retenu que c’était une tendance.

De Réalité Augmenté, ils ont seulement retenu le nom, et ont trouvé cela vendeur.

Au siège d’Ikéa Brésil

“- Hey Chico, qu’est-ce tou m’a trouvé pour la camp’aigne dou Noel ?

– Regarde ça, détend ton zgeg, assieds toi dans l’canach. J’ai tapé “Réalité Augmentée” dans Google et je souis tombé sur le truc d’Esquire avec une pouce RFID

– Ah oui, j’connais

– Et ben on va faire la meme chose mais en plou grand ! Avec une grosse pouce et un Iphoune !

– Wahou c’est ginial, et si la maison est trop petite ? Si le meubles se tapent les mours ?

– On s’en fout ! C’est la Rialité Ougmentée dou Brasil !!”

Aucune innovation, aucune utilité réelle pour le consommateur : on fait un gadget qu’on va essayer une fois, envoyer la photo à un pote, qui va l’essayer à son tour, le canapé ne va pas rentrer dans son salon, il va pas envoyer de photo. La chaine du word of mouth sera brisée, et ce sera un échec pour Ikéa, et pour sa cible.

application augmentée echec ikea iphone publicité réalitée rfid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

  1. Je ne suis pas d’accord avec toi sur cette application !

    Même si la cible de celle ci est très limitée ( possesseur d’iphone exploitant correctement celui-ci, avec une imprimante, voulant changer de déco ), je pense que cette application n’est pas juste une opération “marketing” mais plus un premier pas vers la dématérialisation des objets dans un acte d’achat.

    Il est quasi sur que dans les années qui viennent, ce type de procédé sera utilisé en magasin directement (essayer des vêtements sans les porter, etc.)

    Cdlt,
    Guillaume.

  2. Alors oui, entièrement d’accord avec toi sur l’utilisation avec des vêtements et accessoires (lunettes à tout hasard). Ça se fait déjà et c’est utile au consommateur (bien que je pense que les français sont trop attachés au matériel pour utiliser l’AR en magasin. Mais devant l’ordi, tout à fait d’accord).

    Ce que je dénonce dans cette opé, c’est le fait que la technologie utilisée ne dessert pas du tout l’usage. C’est la première fois qu’on voit ce type d’AR pour des objets de cette taille (et donc d’une surface qui doit l’être aussi). On se heurte donc à des contraintes matérielles et techniques, non prévues et pourtant prévisibles.

    Je n’ai pas vu l’appli fonctionner, je l’avoue, mais je mets ma main à couper que c’est inutilisable pour 40% des personnes.

    Pour la cible, je pense que sortir une application sur Iphone n’est pas vraiment un risque trop segmentant 😀

    En tout cas, je suis d’accord avec toi pour dire que l’AR, c’est l’avenir, à condition qu’on ne l’utilise pas à des fins uniquement mercantile “parce que c’est une notion qui fait vendre”. Il faut que ce soit technologiquement innovant.

    Sinon, que penses-tu de mon accent brésilien ?

  3. «Aucune innovation, aucune utilité réelle pour le consommateur.»

    L’innovation, euh par rapport à quoi ?
    L’utilité… on reste dans l’advertainment, donc pas plus que telle ou telle autre app.
    Pour ta remarque sur la chaine du wom… là oui, ca pêche (encore une fois pas plus que telle ou telle autre app).

    Mais ça a couté quoi ? un McQuedal. Les types qui ont un iPhone savent utiliser ce genre d’app. Et puis la Billy elle roxe.

  4. Ouais mais bon ce à quoi vous ne pensez pas, c’est qu’il faut bouger le canapé qui est dans le salon prendre la tof’ et remettre le canapé en place. A moins que tu sois entrain d’emménagé, mais j’pense que l’utilisateur à autre chose a foutre que de faire ca pour tout les meubles de sa maison. De plus, comme le dit si bien Sylvain avec une chance sur deux de foirer ton rendu (j’exagère).

    Conclusion : Celui qui utilise cette application est un con.

  5. Ah ouais, bien vu le lien 😉 . Oui, l’idée est pertinente, mais je ne trouve pas que la réalisation soit efficace, techniquement il y a trop de contraintes.

  6. Euh, m1m1, SylvainPaley, vous avez rien compris en fait.

    1, aujourd’hui, la réalité augmentée se base forcément sur une donnée externe pour envoyer l’intégration du modèle.
    Il ne peut pas y avoir de “foirage de rendu” puisque le système se contente de générer le modèle par dessus le tracker.

    2, le fait que les objets rentrent dans les murs c’est absolument pas un inconvénient, mais un avantage….
    Le mec qui n’a pas encore acheté le canapé, il sait comment que ça va rentrer dans son salon ?
    Ben, suffit qu’il imprime sa feuille, il la fout par terre et il la déplace aux 4 coins de la pièce pour voir si le canapé passe ou si la moitié part dans un mur.

    Non mais sérieusement, on parle d’Ikéa là, pas d’une pseudo-agence française Web 2.0 qui sous-traite ses merdes en Inde.
    Vous pensez vraiment que personne ne s’est dit, “eh mais les meubles vont se cogner contre les objets de la pièce !”

    Vouloir prouver sa valeur en démontant celle du voisin c’est risqué. Ça marche si on est sûr de ce qu’on fait. Et surtout si on s’attaque à plus petit que soi.

    Ça me fait un peu penser au délire Avatar. Un peu marre de voir des twittos de mes deux se la ramener avec leurs histoires de “oui mais Avatar tu vois c’est trop un plagiat et pis c’est surmédiatisé et pis monsieurlam il a publié un article trop intéressant il est trop différent ce type j’adhère *branlettre* *branlette*. À se demander si les mecs ont vraiment pas apprécié le film ou s’ils cherchent juste à sortir du troupeau. Tarlouzes.

  7. Salut Gary,

    Bon, doucement avec les insultes, tu risques de vexer mon lectorat homosexuel.

    Ensuite, Ikéa sous-traite forcément à une agence pour faire ce genre de boulot et, comme Fouapa nous l’a montré, c’est un boulot d’étudiant en stage (ce qui ne décrédibilise en aucun cas son taf, quand on sait que les stagiaires constituent au moins 40% de l’effectif d’une agence de pub).

    Ce que je dénonce, c’est le manque d’innovation. Tu le dis justement : Ikéa n’est pas une petite frappe, et je trouve dommage que l’application de cette techno soit si “classique” et “déjà vue”.

    Le problème, c’est que l’AR est le buzzword du moment, et qu’on l’utilise à tout prix, et ça, ben ça m’énerve.

    Pour Avatar, je partage l’avis de Lam, et oui, je suis le genre de gars qui aime sortir du troupeau, je l’ai toujours été.
    .-= Dernier post sur le blog de Sylvain : CELSA story part 1 : Le concours =-.